Home

Cette fois-ci, nous vous proposons un atelier un peu différent…

Puisqu’à chaque fois que nous nous retrouvons pour un café littéraire ou autre, nous en venons finalement toujours à parler avec passion de traduction, nous avons pensé qu’il était temps de se confronter vraiment à cet impossible qui nous fascine tous. « Traduttore, traditore » dit un proverbe italien. Traduire, c’est trahir…

Eh bien, prenons l’expression au pied de la lettre! Trahissons un texte!

Et tant qu’à faire, attaquons-nous à ce qu’il y a de plus difficile, à l’intraduisible par excellence : la poésie.
ZL dictionnaire2Nous vous proposons donc un poème allemand pour que vous lui fassiez subir tous les outrages! Vous n’avez pas besoin d’être traducteur pour participer, pas besoin même d’avoir un niveau exceptionnel en allemand… Il vous suffit de vous emparer du poème pour en faire un autre en français. Votre texte pourra avoir l’air d’une traduction sérieuse ou un peu folle, mais il pourra aussi détourner entièrement le texte d’origine, ne lui être plus lié que par quelques fragments, quelques échos, par une musique ou une simple thématique. ZL dictionnaire1Laissez-vous inspirer, plongez dans la langue, amusez-vous! La langue est un Spielplatz! (vous trouvez vraiment que « terrain de jeux » serait une traduction satisfaisante?)  Et pour les paresseux, les nouvellement arrivés en Allemagne, les toujours pas vraiment germanophones malgré de longues années ici, un « Tipp » (un truc, une astuce) : on demande à Google translate une pre
mier débroussaillage et ensuite on s’attaque au magma obtenu pour en faire sortir quelque chose d’intéressant…

 

 

 

Voici donc « im fenster, am winzigen » de Nico Bleutge (extrait de son recueil Klare Konturen)

 

sichtausschnitt: das getrocknete öl

auf den bänken, darunter der harte

rissige boden das ocker der halme der zug

schiebt sich langsam ins gleis, an häusern

und pfeilern vorbei die gespalten reifen der blick

fällt zurück, tastet den damm ab nach sand und ruß

an den fingern reste von lack die drahtigen griffe

der notbremse hinter dem ihr die den takt fest

in die haut klopfen. bis an die grenze

pendelnd sich alles ein auf das hin

und her der genicks, die geschliffenen steine

am kettchen, kameras und das klicken

der augen beim aufschaun. der scheue blick

hinterm fenster, in einiger entfernung

geht er dem wind nach. dann wieder zäune

die den sand halten staub eukalyptusbäume

der tag liegt schlaff zwischen den hügeln

darüber die sonne, ruhig, ein heller fleck

im vild der landschaft, irgendwo dahinter tickt das meer

klare konturen. das licht

lag hinter den booten, der hafen

 

hielt die dämmerung fest und die hügel

traten am anderen ufer auf-

 

gefaltet vors auge

 

Image

© Sarah Iwanowski

 

Nico Bleutge est un poète allemand né en 1972 à Münich et qui vit aujourd’hui à Berlin. Il a publié à ce jour trois recueils de poèmes aux éditions C.H.Beck : Verdecktes Gelände (2013),  Fallstreifen (2009) et Klare Konturen (2007). Il a également publié des textes dans diverses anthologies et revues. Son oeuvre a été couronnée par de nombreux prix littéraires, dont le prix Anna Seghers en 2009, le Erich Fried Preis en 2012 ou le Christian Wagner Preis en 2014. Jusqu’à présent, à ma connaissance, il n’a pas été traduit en français…

 

Ses thèmes privilégiés sont la nature et tout particulièrement les paysages maritimes, mais aussi la frontière entre l’état de veille et le rêve ou la dimension fragmentaire de la mémoire, des souvenirs.

 

Bientôt sur ce blog, on vous promet une interview de Nico Bleutge pour découvrir ce poète encore inconnu en français…

En attendant, lancez-vous et envoyez-nous vos folles trahisons (zebresurlalangue(at)gmail.com). N’hésitez pas non plus à faire passer cette annonce à tous les étudiants en traduction ou en langue allemande, aux passionnés de poésie ou de défis littéraires, à ceux qui s’ennuient, aux curieux et à tous les autres…

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s