Home
Image

Copyright Leighblackall

Aujourd’hui 1er novembre débute le NaNoWriMo, le National Novel Writing Month. Qu’est-ce que ça signifie ? Ça signifie  que des milliers de personne (199247 inscrits à l’heure où j’écris !) partout dans le monde vont se donner pour défi d’écrire un roman en un mois. Concrètement, après s’être inscrits sur le site officiel, les participants devront produire un texte de 50 000 mots minimum entre le 1er novembre minuit et le 30 novembre minuit, heure locale.  Toutes les langues d’écriture sont acceptées et la qualité du texte n’a aucune importance puisque seule compte la quantité de mots, vérifiée de manière impartiale par un ordinateur. Il est bien entendu interdit de rédiger des passages à l’avance, en revanche on peut planifier son travail, y réfléchir, prendre des notes. Dans la mesure où il n’y a rien à gagner si ce n’est la fierté de l’avoir fait, personne n’ira vérifier s’il y a eu triche ou non. A quoi bon ?

L’idée est de se jeter à l’eau en jetant des mots sur le papier. En se libérant de l’ambition d’être le nouveau Proust (ou le nouveau Chamoiseau, Houellebecq, Ransmayer, Schätzing, etc.), on ose se lâcher enfin, sortir ses tripes et sans doute aussi pas mal de bêtises… Il s’agit plus de surmonter ses propres limites que de révolutionner l’art du roman.

Autour de cet événement, les forums sur internet fleurissent et les participants se retrouvent souvent sur la toile ou dans des cafés pour partager l’aventure. Où seront donc les NaNoWriMoWriters à Berlin ? Et y aura-t-il des francophones parmi eux ? Si vous le savez, dites-le nous.

Le Zèbre sur la langue ne participera pas cette année, mais qui sait, peut-être l’année prochaine… En tout cas, les défis littéraires me fascinent toujours. J’admire les auteurs prêts à se mettre en danger et en même temps capables de considérer l’écriture aussi comme un jeu. Il y a à la fois de l’audace et une grande modestie dans ce genre de démarche.

ZL Photo Dominique Houcmant - Ancion Presse 1

Copyright Dominique Houcmant

En mai, j’avais ainsi suivi la folle aventure de l’écrivain belge Nicolas Ancion qui a fait encore plus fort que les NaNoWriMoWriters puisqu’il a écrit un roman… en 24h ! Depuis divers lieux dans New York, il a écrit un petit roman noir plein d’humour dont l’intrigue se situe entre Carcassone et New York justement. Le texte était consultable en ligne au fur et à mesure de l’écriture et des centaines de personnes ont suivi et encouragé la performance via les réseaux sociaux. En mai 2014, le texte sera publié aux éditions Didier. N’hésitez pas à lire le témoignage de Nicolas Ancion ici. Pour tout dire, ce n’était même pas une première pour l’auteur qui avait déjà accompli un exploit de ce genre à Bruxelles en 2010. Et là encore, au final un petit roman plein d’énergie, d’humour et d’impertinence. Qui plus est avec une vraie conscience sociale. Vous pouvez encore accéder gratuitement au texte Une très petite surface en cliquant ici.

Oui, les défis, ça me plait. Et justement, j’ai découvert récemment qu’il y avait un auteur français un peu kamikaze à Berlin. Julien Simon alias Neil Jomunsi s’est en effet lui aussi lancé dans une sorte de marathon avec son Projet Bradbury. Son objectif: écrire 52 nouvelles en 52 semaines.

ZL Neil-Jomunsi_3412

L’idée lui en a été soufflée par Ray Bradbury, l’auteur de Fahrenheit 451 et des fabuleuses Chroniques martiennes, qui aurait, paraît-il, déclaré :

« Écrire un roman, c’est compliqué: vous pouvez passer un an, peut-être plus, sur quelque chose qui au final, sera raté. Écrivez des histoires courtes, une par semaine. Ainsi vous apprendrez votre métier d’écrivain. Au bout d’un an, vous aurez la joie d’avoir accompli quelque chose: vous aurez entre les mains 52 histoires courtes. Et je vous mets au défi d’en écrire 52 mauvaises. C’est impossible. »

Et voilà, depuis le 23 août, chaque vendredi, Neil Jomunsi publie une nouvelle au format numérique qui peut être achetée pour 1euro. Il est aussi possible de s’abonner pour un an pour 40euros. Chaque semaine l’auteur explore un genre ou un univers différent et pour avoir lu plusieurs de ses nouvelles, je peux vous garantir qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre.

Vous pouvez suivre le projet sur le site d’Actualitte ou sur le blog de l’auteur, Page 42.

Alors, tous ces défis et ces auteurs audacieux ne vous donnent-ils pas envie de vous lancer à votre tour ?

Eh bien, tiens, justement, vendredi 15 novembre, Edilivre lance un concours de nouvelles sous forme de défi : « 48 heures pour écrire ». A 19h, le sujet sera dévoilé sur le site et vous aurez jusqu’au dimanche 19h pour produire un texte de 10 000 signes. C’est parti!

Publicités

2 réflexions sur “Défis d’écriture

  1. Pingback: Défis d’écriture | AM Chronicles

  2. Pingback: Berlin, ses écrivains français… | Le zèbre sur la langue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s